Pour atteindre les objectifs de la transition énergétique, la France doit développer son champ éolien. D’ailleurs, la production d’énergie éolienne tient une très grosse part de la production d’électricité renouvelable dans ce pays. L’éolien se place derrière l’hydraulique. La France possède même le deuxième plus grand gisement éolien dans le monde, après la Grande-Bretagne.

Avez-vous vu cela : Qu’est-ce qu’une éolienne et comment fonctionne-t-elle ?

L’éolien en chiffre

Un compteur L’énergie mécanique du vent est utilisée afin de produire de l’électricité. Il existe deux types d’installation, dont l’un terrestre, encore appelé onshore, et l’autre offshore qui est l’éolienne en mer. Dans un parc éolien, les éoliennes sont raccordées entre elles pour se connecter au réseau électrique.

Une éolienne terrestre a une puissance entre 1.8 et 3 MW. Sa production moyenne d’énergie électrique est alors de 4 200 MWh par an. Une éolienne peut donc subvenir aux besoins de consommation de 800 ménages.

Dans le meme genre : Quels sont les exemples de projets d’éoliennes en France ?

Actuellement, 60 % des parcs éoliens se situent dans trois grandes régions qui sont l’Occitanie, le Grand-Est et les Hauts-de-France. En 2020, ces gisements ont produit 36 TW d’électricité. Cela représente 8 % de la consommation nationale.

Le plus important parc éolien se situe à Fruges. Il délivre une puissance de 140 MW, capable d’alimenter en électricité 235 000 habitants.

L’éolien en forte croissance

Des éoliennes Pour atteindre les objectifs de bas carbone et pour anticiper les besoins en électricité de sa population, la France est en train de développer des stratégies améliorant la production d’énergie renouvelable. Depuis 2014, elle a doublé sa puissance totale d’énergie éolienne.

Les projets à venir pour la mise en place des parcs éoliens considèrent la hauteur. Si la hauteur totale d’une éolienne est actuellement de 150 mètres, cela va être augmenté afin d’exploiter les zones à faible puissance de vent. Ceci permet aussi d’augmenter la puissance unitaire des éoliennes. Sur le long terme, le nombre d’éoliennes sera multiplié.

Couplée à l’élévation de leurs hauteurs, l’augmentation du nombre des éoliennes permet d’intégrer les enjeux environnementaux et aide à réduire la densification d’un champ éolien.

Cependant, l’extension des parcs terrestres rencontre des freins. Sa conception doit faire l’objet d’une demande d’autorisation et d’affichage dans le lieu d’implantation.

Afin de remédier à cette situation, le gouvernement a décidé d’installer des éoliennes offshores. Les vents marins aux larges des côtes françaises offrent des capacités de puissance plus grandes et présentent moins de contraintes.

Le projet se compose de deux types d’éolienne marins : l’éolienne amarrée et l’éolienne flottante. La première se trouve dans les fonds marins à des kilomètres de la côte, alors que la seconde se situe sur des plateformes.